VINCENT FOURNIER

\\BIOGRAPHY

Vincent Fournier est un artiste photographe français dont le travail explore les différentes mythologies du Futur : l’aventure spatiale, les architectures utopiques, l’intelligence artificielle, la transformation du vivant…

Ses oeuvres font partie de plusieurs collections, dont le Metropolitan Museum of Art (MET) à New York, le Centre Pompidou à Paris, la Fondation Mast à Bologne, la Collection Dragonfly du Domaine des Etangs à Massignac, la collection LVMH à Paris avec le Bon Marché, la collection Baccarat à New-York, Science Gallery, Dublin, Musée des Ursulines de Mâcon, Fondation Bullukian à Lyon

“Je crois que ma fascination pour certaines visions du futur vient de mon enfance : les voyages dans l’espace, les architectures futuristes, les robots humanoïdes… Mon intérêt pour ces thèmes vient de l’esthétique qu’ils créent, des questions qu’ils posent mais aussi de leur formidable capacité à raconter des histoires, toujours aux frontières du réel et de l’imaginaire. A la fois rêves d’enfants et rêves de civilisations, ce sont des récits qui inventent une temporalité multiple entre passé, présent et futur. J’utilise les éléments de ces récits pour créer des images et des objets toujours mis en tension par des oppositions qui viennent troubler notre regard et brouiller les frontières : réalité/fiction, science/croyance, passé/futur, visible/invisible, naturel/artificiel… Je crois que le point de départ de cette “obsession” vient de mon enfance et des nombreuses visites au Palais de la Découverte à Paris avec ma grand-mère. Toutes ces évocations du “merveilleux scientifique” et des mystères de l’Univers ont nourri mon imaginaire et stimulé ma curiosité pour les utopies et le champ des possibles. J’ai également grandi dans les années 80 lorsque l’an 2000 apparaissait alors comme une énorme montagne en haut de laquelle passaient des voitures volantes. Cette projection ne s’est pas réalisée, du moins pas d’une manière aussi visible, mais c’est je crois ce qui m’a donné envie de prolonger ces rêves d’enfants. “.

Vincent Fournier, février 2019.

Le projet fondateur de Vincent Fournier “Space Project” débuté en 2007, montre sa vision à la fois esthétique et poétique de l’aventure spatiale. Les architectures futuristes, l’intelligence artificielle et la robotique seront ses autres terrains de jeu. Son travail le plus récent “Post Natural History” pose la question de la frontière entre naturel et artificiel avec le développement des technologies du Vivant. Ses images sont à la fois rigoureuses et sensibles, documentaires et mises en scène. Il explore la fiction futuriste et découvre dans notre présent, ou dans le passé, des “éclats d’avenir”. Dans ces archives imaginaires, la mémoire fonctionne dans les deux sens – ou comme le dit la Reine Blanche dans Alice au Pays des Merveilles : dans le passé mais aussi dans le futur. Un monde dans lequel on se souvient de ce qui n’est pas encore survenu, de ce qui adviendra demain.

Il a collaboré notamment avec Louis Vuitton [Nicolas Ghesquière], Le Bon Marché (Paris), Hôtel Baccarat New York [Gilles&Boissier], Isetan Tokyo ou encore pour le film ‘The Amazing Spider-man II’ avec Columbia Pictures.

Si la photographie reste son medium de prédilection, l’impression 3D, la vidéo ou les installations viennent parfois accompagner certains projets. Les images de Vincent Fournier nous invitent à réfléchir à l’évolution de notre monde et à la façon dont nous percevons le temps. Ayant grandi avec «la fin de l’Histoire» et vivant dans un éternel présent, ses images interrogent nos utopies passées et à venir… Quelles attentes nourrissons-nous pour notre futur et le futur est-il déjà passé ?